Nombre total de pages vues

samedi 25 avril 2015

Les rues de Bayonne : Les Allées Marines

Lorsque Vauban refit les fortifications de Bayonne, il ordonna la construction d'une porte à l'endroit où se dresse aujourd'hui le jardin public. Cette porte, destinée à protéger l'avant port, prit le nom de Porte Marine.
Une allée fur alors aménagée le long des quais nouvellement construits. 
Cette Allée Marine, plantée d'ormeaux, devint une des promenades favorites des Bayonnais.
Le développement du port avec l'arrivée du chemin de fer, la construction de la gare maritime transforment la promenade en quartier industriel, coeur de l'activité du port de 1880 à 1960.









Les Allées Marines de nos jours

jeudi 23 avril 2015

L'église romane de Santa Grazi

L'Abbaye Navarraise de Leire fonde l'église romane de Santa Grazi (1085) avec un hôpital pour pèlerins et elle devient aussi une étape importante sur les chemins de Compostelle. De nombreux pèlerins , en partance pour Compostelle, y font étape pour vénérer les reliques de la sainte.
La remontée des gorges de Ehujarre permettait de rejoindre la vallée du Roncal, puis l’abbaye de Leyre, et ensuite poursuivre le chemin vers Compostelle en suivant la Via Tolosana.
L’église sera classée monument historique dès 1841, et vers 1864 fera l’objet de travaux de restauration sous la responsabilité de l’architecte Emile Boeswilwald (architecte de la chapelle impériale de Biarritz et des flèches de la cathédrale de Bayonne), travaux étalés jusqu’en 1905. 
Cette église classée du 11ème siècle recèle une architecture rare et le cimetière peuplé de stèles discoïdales veille sur la masse sombre des forêts, gorges et sommets de Haute Soule qui entoure le village de Sainte-Engrâce.







mardi 21 avril 2015

Alçay-Alçabéhéty-Sunharette

En Soule Alçay-Alçabéhéty-Sunharette en basque le nom du village est Altzai-Altzabeheti-Zünharreta.
Alçay et Alçabéhéty ont la même origine , altz qui signifie "aulne", mais Alçabéhéty a une indication supplémentaire, puisque behety signifie "du bas".
Sunharette vient de zunharr qui signifie "peuplier" ou "orme".

Les trois communes, disséminés sur les pentes de la vallée d'Ibar Eskun, fusionnent en 1833 pour ne former qu'une seule commune.
Les habitants sont appelés les Altzaiars.




Alçay-Alçabéhéty-Sunharette de nos jours

samedi 18 avril 2015

Les rues de Bayonne : le Passage des Cacolets

Entre la rue des Basques et la Plachotte, le Passage des Cacolets : les Cacolets (nom d'origine des Pyrénées) étaient des paniers d'osiers que l'on installait sur des ânes ou des mulets afin d'y transporter des voyageurs. 
L'utilisation habituelle des cacolets dans l'agglomération de Bayonne cessa avec la création d'une route carrossable entre Bayonne, Anglet et Biarritz. Le cacolet servit alors, jusqu'à l'époque romantique, à promener les touristes, la jeune fille qui menait l'équipage, la cacoletière, marchant à pied quand un couple occupait le cacolet, ou s'asseyant sur le siège libre quand il n'y avait qu'un passager, et n'ayant aucune peine à lui faire la conversation.

Le Passage des Cacolets de nos jours





jeudi 16 avril 2015

Domezain-Berraute - Domintxane-Berroeta

Dans la province de Soule, le village de Domezain-Berraute, son nom basque est Domintxaine-Berroeta.
Le nom de Domezain est latin est signifie "dominicius" pour qualifier un domaine seigneurial important.
Berraute sigifie "lieu de brousailles".

Le village de Berraute s'est uni à Domezain le 25 juin 1842.
Les habitants sont appelés les Domintxantars.




Domezain-Berraute de nos jours


mardi 14 avril 2015

Le mur de l'Atlantique au Pays basque


Les troupes allemandes arrivent sur la côte basque le 27 juin 1940.  De là, ils vont fortifier leurs positions en zone occupée entre l'Adour et la frontière espagnole.
L'organisation Todt qui a déjà créé la ligne Siegried le long de la frontière franco-allemande, est responsable de la supervision de la construction du mur de l'Atlantique et la conception de ses principales fortifications.
Une tâche essentielle de la Kriegsmarine va être de mettre en place des batteries de canons côtiers, dès 1940, de façon à protéger l’accès des ports basques. Le port de Bayonne est important pour l’économie de guerre du IIIème Reich, étant le lieu du débarquement du minerai de fer en provenance de Bilbao: pour le seul mois de novembre 1941, une centaine de cargos entrent dans l’Adour et débarquent sur les quais 40.000 tonnes de minerai de fer. 

A partir de 1942, avec le développement des fortifications littorales du Mur de l’Atlantique, les deux premières batteries de canons côtiers au Boucau et au fort de Socoa seront appuyées par trois autres bátteries de Marine: à La Barre (hippodrome), à Bordagain. (Ciboure), à Socoa sur la route de corniche menant à Hendaye. En outre, une batterie-école de DCA sera créée à Biarritz-Beaurivage.

A partir du printemps 1942, l’Armée de Terre est impliquée dans la construction du Mur de l’Atlantique, gigantesque ensemble de blockhaus en béton armé construits sur les côtes depuis le Cap Nord en Norvège, jusqu’à la Bidassoa. Toutes les batteries qui se trouvaient précédemment à l’air libre, donc très exposées aux bombardements aériens et navals, vont être dans la mesure du possible englobées dans des casemates de béton armé.

Au plus fort de sa puissance, le Mur de l’Atlantique en Côte Basque compte donc un total de dix batteries ayant des canons d’un calibre d’au moins 75 millimètres, en incluant celle située sur la rive droite de l’Adour: densité énorme pour trente kilomètres de littoral, ne présentant pas un intérêt stratégique majeur.

Un grand merci à l'association Jakintza pour les photos












samedi 11 avril 2015

Les architectures de Biarritz

Construite comme un théâtre dont la scène serait l'Océan, Biarritz laisse se refléter dans les vagues l'imagination foisonnante d'architectes qui n'avaient pour limites que les désirs délirants de propriétaires aux personnalités originales.