Nombre total de pages vues

mardi 15 avril 2014

Le quartier Béhobie d'Urrugne


Jusqu'au XVIIème siècle, Urrugne était un vaste territoire situé entre Saint-Jean-de-Luz et la Bidassoa, entre l'Espagne et l'Océan. Positionnée sur le plus court chemin de Paris à Madrid, à treize journées de coche de la capitale française et aux portes de l'Espagne.
La commune d'Urrugne, regroupe sept quartiers:  Le Bourg, Béhobie, La Croix des Bouquets-Route d’Espagne,  Mendichoko, Socoa-Corniche, Kechiloa-Coucoutoun, Olhette- Herboure.









Béhobie en 1830

jeudi 10 avril 2014

Les tramways de la Côte Basque


En 1873, Etienne Ardoin ancien gouverneur du domaine impérial de Biarritz, demande une concession pour un chemin fer entre Bayonne et Biarritz. Les travaux commencent et le chemin de fer est inauguré le 10 juin 1877.

La gare est établie sur des terrains achetés à un particulier près de la place d'armes, sur les allées Paulmy, à proximité du cinéma de la Féria. 


Devant le succès du BAB, un autre projet de liaison surnommée BLB pour Bayonne – lycée de Marracq - Biarritz, est établi. Le terminus est situé sur la place d'Armes. Présenté par le financier belge Edouard Empain, le projet est adopté par un décret d'utilité publique de 1885.

Après le BAB et le BLB, en 1902 est émis un avis favorable à l'établissement d'un nouveau tramway entre Bayonne et Hendaye en passant par la côte. A partir de 1933, le bilan devient déficitaire à cause de la concurrence des autocars chausson, de la crise économique et du développement de l'automobile. Toute activité cessera le 1er novembre 1935.

La gare de la Féria à Bayonne


La Gare des Cinq Cantons à Anglet




Le pont avant l'arrivée sur la gare de la place de la Liberté Biarritz

La gare de la place de la Liberté (place Clémenceau) Biarritz

La gare de Fontaine Laborde Anglet


mardi 8 avril 2014

Larrau - Larraine


Au pied du Pic d'Orhi, Larrau dans la province de Haute Soule (Basabürüa) est un village de montagne attaché à sa terre ancestrale. (du basque larre, qui signifie "lande". Larrau signifie donc "lieu de lande").
Les quartiers disséminés dans la montagne portent des noms poétiques : "Ekhi Begia" (l'oeil du soleil), "Itzal Herria" (le village ombragée).







jeudi 3 avril 2014

Le plateau de l'Atalaye de Biarritz


Dominant la Grande Plage, le port des pêcheurs, le Rocher de la Vierge et le Port Vieux, l'Atalaye est probablement le plus beau promontoire du littoral biarrot.

L'Atalaye en 1900 se composait de la guérite de la douane, la chaumière, les ruines du château de Ferragus, la tour de la humade (de son vrais nom la Haillé) rasée par les Allemands en 1943, le sémaphore, la Villa Verte et de la Villa Vizcaïna, de cet ensemble, il ne reste rien.








mardi 1 avril 2014

La Réserve de Ciboure


Il est loin le temps où Dominique Goyetche, déjà concessionnaire des bains de Sainte-Barbe, y créait les « Bains Dominique » en 1856. L'établissement de bains est consolidé en 1865. Puis Messieurs Letamendia, Lannes et Etcheverry, concessionnaires pour 30 ans, édifient un bâtiment en dur sur une terrasse comprenant des cabines, mais aussi des cabines de bains chauds. Deux digues construites en limite des pointes rocheuses transforment la plage en « piscine des Cibouriens ». Pour cause de Grande Guerre, à l'échéance de la concession, le projet de l'architecte luzien Maurice Darroquy, prévoyant un casino et un restaurant à la place de l'établissement de bains, ne voit pas le jour. En 1920, M.Plisson, armateur à Socoa, prend possession des lieux et crée un nouveau genre d'exploitation associant un restaurant à l'établissement de bains, avant de très vite renoncer. M.Tastet obtient alors la concession pour 30 ans et la rétrocède à la Société Anonyme de La Réserve de Ciboure, administrée par M.Frémont et dirigée par M.Cerruti.
La Réserve va connaître alors ses plus belles années. L'établissement de bains sur deux niveaux, mais aussi son restaurant, et surtout son cabaret, le plus chic de la Côte Basque, Le Roi et la Reine d'Espagne, le Prince de Galles, Carol de Roumanie, le maharaja de Kazpurtala, le Grand Duc Boris et la Grande Duchesse, la Duchesse de Westminster, Maurice Ravel, Van Dongen, Claude Farrère, le peintre Jean-Gabriel Domergue, viennent y traîner leurs guêtres en peau de pécari, leurs bottines vernies et leurs gants beurre frais. La crise économique entraîne le déclin de La Réserve dont le bail est résilié en 1938. La société Ur Umea obtient un bail de 30 ans en 1939, mais la Seconde Guerre Mondiale sonnera le glas et la fin de la fête. En juin 1940 les Allemands occupent Ciboure et la Réserve, et installent une batterie à proximité. À la fin de la guerre, La Réserve est pillée et incendiée, c'en est fini des années fastes. L'usure du temps fera le reste.
Cet article est extrait du site www.sudouest.com